À la rencontre de Sara Maranda-Gauvin

Sara Maranda-Gauvin c’est mon amie depuis notre bac à McGill en études du développement. Nous partageons l’amour des plantes, de l’agriculture, de l’artisanat, du café, des réflexions et bien plus. Nos cerveaux et nos coeurs sont à la fois alignés et complémentaires. Nous avons commencé à organiser, en 2014, des marchés et des activités en lien avec l’agroalimentaire et l’artisanat (le Marché de mai, le Jour de la tomate, le Marché de novembre, etc.) En 2016, nous avons fondé un organisme, On sème, dont la mission est de valoriser les producteurs et artisans locaux et de contribuer au développement d’un système alimentaire durable.

Depuis près de trois ans, Sara développe l’Université d’été d’agriculture urbaine sur le nouveau Campus Mil de l’Université de Montréal. Je lui ai soumis mon questionnaire éclair. Bonne lecture!

Illustration des Mercredis agro, une série d’ateliers et de films en plein air à thématiques agroalimentaires, conçus par Sara et présentée à l’été 2018 sur le Campus Mil de l’Université de Montréal, en collaboration avec la  Coop Bioma  et les partenaires du site.

Illustration des Mercredis agro, une série d’ateliers et de films en plein air à thématiques agroalimentaires, conçus par Sara et présentée à l’été 2018 sur le Campus Mil de l’Université de Montréal, en collaboration avec la Coop Bioma et les partenaires du site.

Quel est votre métier et depuis quand le pratiquez-vous?

Transformation sociale, agriculture urbaine, art, éducation... mes études témoignent de ces divers intérêts. Mon passage par le programme de la City Farm school a été déterminant pour l’intégration de mon besoin de créativité dans mon travail. C’est ainsi que j’ai pris le chemin de l’entrepreneuriat par l’organisation de foires locales et de formations valorisant l’agriculture urbaine et l’artisanat local et ce, depuis 2014. En 2016, j’ai co-fondé l’OBNL On sème avec ma grande amie Laurence, alias Laucolo.

Qu’aimez-vous le plus de votre métier?

Créer de nouveaux projets et être témoin de l’apprentissage des gens. J’adore provoquer cet espace d’enthousiasme, de stupéfaction et de changement lié à l’apprentissage, ainsi que favoriser la création de nouveaux liens. J’aborde mon travail par l’angle de la créativité, ce qui fait que les débuts d’un projet sont très motivants pour moi, créer la vision, faire les recherches et créer les partenariats. Sans oublier : travailler en équipe dans le plaisir avec des gens de confiance et même des ami-es !

Photo de Mélissa Clément lors du Jour de la tomate sur la Place Shamrock. Cette fête de quartier mettait en valeur la biodiversité locale des tomates ancestrales.

Photo de Mélissa Clément lors du Jour de la tomate sur la Place Shamrock. Cette fête de quartier mettait en valeur la biodiversité locale des tomates ancestrales.

Quelle mission en lien avec le système alimentaire souhaitez-vous accomplir par votre travail?

Je souhaite stimuler l’intérêt face à notre système alimentaire afin que nous devenions des acteurs sensibilisés, intéressés et outillés. Notre programme de formation en agriculture urbaine au campus MIL de l’Université de Montréal vise à donner confiance aux gens qui souhaitent cultiver une partie de leur panier d’épicerie et par le fait même développer une capacité d’observation et une compréhension appliquée de l’écosystème du potager. Nos événements estivaux “Les mercredis agro” offrent ateliers et projection de films en plein air afin de stimuler les discussions, manger hyperlocal et créer des lieux de rencontre dans la détente.

Si vous pouviez régler une seule problématique en lien avec le système alimentaire québécois, ce serait laquelle?

Donner l’accès à des fruits, légumes frais et locaux abordables dont nous connaissons la provenance et les intrants. Faciliter l’accès à des espaces de culture en ville, qui nous permettent aussi de profiter de cette beauté du monde, de nous connecter à autre chose que nos écrans.

Quels sont les 3 produits ou aliments du Québec que vous avez toujours dans votre frigo ou garde-manger?

  • Ail

  • Sirop d’érable

  • Oeufs

Quelle femme, impliquée dans le système alimentaire, admirez-vous le travail?

J’admire le travail de Lyne Bellemare, semencière artisanale de l’entreprise Terre Promise. Elle réussit à jongler famille et travail, crée et mobilise un grand réseau et suscite l’enthousiasme et l’intérêt face aux semences. Elle nous sensibilise par toutes sortes d’histoires à l’importance de préserver cet art pour notre patrimoine tant culturel que gastronomique et pour la biodiversité de notre écosystème. Elle applique des principes de permaculture et incarne la générosité et la persévérance. Merci Lyne !

-------

Pour en savoir plus sur Sara & On sème!

Instagram
Facebook
Inscrivez-vous à l’infolettre pour connaître les prochains événements et ateliers
Visitez leur site web